Suspension de La Nouvelle Tribune – L’ONG COCORICO crie « la démocratie en danger » !

COMMUNIQUE ONG COCORICO HAAC – LNT _VERSION PDF

COMMUNIQUE

Le quotidien La Nouvelle Tribune sommé de se mettre en retrait du paysage médiatique du Bénin jusqu’à nouvel ordre. Une mesure conservatoire du Président de la Haute Autorité de l’Audiovisuel et de la Communication (HAAC)  qui motive sa décision par les articles de ‘’La Nouvelle Tribune’’ que Monsieur Adam Boni TESSI voit engagé depuis quelques mois dans« un registre injurieux, outrageant, attentatoire à la vie privée du Chef de l’état sur la base d’un champ lexical dévalorisant, foulant ainsi aux pieds des principes élémentaires de la profession de journalisme ».

Encore un coup pas glorieux du tout du Président de la HAAC. Une mandature pas vraiment en phase avec son rôle de garant de  la liberté de presse, peu encline à réguler, à recadrer, à accompagner. Une bien vide litanie d’intentions aux yeux du Président  Adam Boni TESSI, passionné patenté de la méthode martiale, se désole « l’ONG COCORICO ».  Et chaque fois,  toutes les fois, le Président de l’institution jure  opérer au nom des mesures conservatoires qui ne tiennent leurs sens que de l’urgence à mettre un oh là à quelque élan de chaos sur la République.

« Urgence » avec l’observation des propos outrageants sur un, deux,… quatre  bons et longs mois.  « Danger » qui à coup sûr, pas une minute, pas  deux ou dix, mais sur plus d’un trimestre, reconnaissons-le, n’en est plus un, en tout cas,  pas au sens  allégué par le Président pour poser des actes pareils dans la République que chacun doit veiller à ennoblir où qu’il se trouve. « Danger » sur l’honneur du chef de l’Etat ; d’un premier article jusqu’au 9ème,  avouons que le Président, grand observateur des péchés du journaliste Vincent Folly,  est pétri de patience, une, curieusement  compatible avec l’urgence.

Monsieur Adam Boni TESSI, c’est le fouet sans crier gare, devant ce qui peut  être géré d’une main pédagogique ou, à l’extrême,  carrément par la voie de la justice, la seule qui puisse rendre au chef de l’Etat en souffrance d’outrages, son honneur bafoué et que ne  tolère point  le Président de la HAAC.

Nous voici à la merci d’un Président qui pense au Chef de l’Etat, préoccupé par l’honneur de son excellence, pas ou peu par celui du pays qui ne s’est pas encore remis de son dernier classement au tableau de Reporters Sans Frontières. A  chacun de ses coups, considéré chaque fois comme le dernier, Monsieur Adam Boni TESSI vient d’infliger aux âmes ingénues, qu’elles sont dans la candeur la plus plate, bien loin de sa logique à lui, tout-puissant Président. A  croire que le tollé qu’essuient toutes ses sacrées mesures conservatoires le laisse froid. Comme s’il y puise du dopant, le suivant est des plus saisissants,  mettant ainsi en péril l’aura de tout le collège. Un qui compte bien des valeurs, curieusement  dans un faciès incompréhensible devant toutes  les misères faites à  toute cette noble  corporation.

Quelle démocratie veut renforcer le Président Adam Boni TESSI en opérant ainsi au cœur de cette typologie facilement identifiable : le long du mandat TESSI, toutes les  victimes de ses mesures conservatoires, quel que soit le moment de leur « forfait », ont toujours  eu le malheur de  se distinguer comme les profils n’embouchant pas la même trompette que le pouvoir  aux affaires.

Non, Monsieur le Président de la HAAC,   la démocratie a besoin d’opinions plurielles ; y croire et s’y inscrire, c’est à croire que c’est cela même qui tient des dérives selon Monsieur Adam Boni TESSI. Le copier-coller  ambiant, voire  enivrant  de la presse comme on le voit à en pleurer tous les matins, ce n’est pas la tasse de thé  de cet organe, l’un des rares  au crédo  discordant,  dans ce chorus de mal-être médiatique. Le même, impuissant devant une fréquence brouillée (Soleil FM), heureux d’interdire de couverture du territoire national une télévision (Sikka TV), pas du tout ému de parcourir des colonnes siamoises dans  des journaux.

L’ONG  COCORICO  crie : la démocratie  en danger !

Critique, contradiction voire impertinence,  c’est le sel de la démocratie, c’est le vrai baromètre de la démocratie,  pas le silence grégaire. Opposition et mouvance béninoise, ce  journal   n’a toujours  pris  qu’un parti, celui  de la démocratie

L’ONG  COCORICO crie indignation et invite les professionnels des médias au Bénin à une réflexion profonde.

Œuvrer pour contrer toute autre mesure conservatoire du Président de la HAAC, reste un défi à relever pour le rayonnement d’une presse véritablement libre.

 L’ONG  COCORICO invite le Président Adam Boni TESSI à lever sa mesure conservatoire et à rendre ainsi à la Haute Autorité de l’Audiovisuel et de la Communication tout son honneur. 

Vive la presse libre au Bénin et sur tout le continent africain.

Abomey-Calavi, le 27 Mai 2018

Le Président

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *